Une audience constructive, un recteur à l’écoute

Le 9 novembre dernier, la Fep-CFDT Lorraine a enfin pu bénéficier d’une audience, seule, avec le recteur et la secrétaire générale du rectorat. Lors d’un échange franc d’une heure, la SG, le SGA et la responsable premier degré de la Fep-CFDT Lorraine ont remonté les problèmes rencontrés sur le terrain depuis la rentrée scolaire. Elles et il ont aussi questionné M. Huart et Mme Jeannin sur l’actualité.

Nous avons d’abord exprimé notre satisfaction de voir s’engager par ces rencontres un dialogue social constructif. Le point sur les masques a été refait. La consigne, claire, a été redite … c’est aux chef.fe.s d’établissement d’aller les chercher dans les DSDEN où des stocks les attendent. Concernant le nouveau protocole sanitaire et les assouplissements dans les lycées, nous avons réaffirmé notre refus d’une double activité liée à un couplage présentiel-distanciel. Le recteur nous a bien signifié qu’il n’était pas pour la division des classes en groupes mais pour l’organisation de classes entières en distanciel afin de limiter le nombre d’élèves dans les lycées, et ainsi réduire les flux et les brassages. 25 projets d’aménagements ont été validés à cette heure et le recteur réaffirme son souhait de voir le moins possible d’hybridation des cours ou de surcharge de travail. Selon nous, pour cette nouvelle organisation dans les établissements, les CSE ont alors un rôle primordial à jouer.

Puis, nous avons pu échanger au sujet de la journée d’hommage à notre collègue Samuel Paty. Après avoir signifié notre mécontentement quant à l’organisation non concertée et non préparée de cette journée, nous avons fait remonter les dérives et les erreurs commises par quelques chef.fe.s d’établissement de Lorraine. Là, l’un d’entre eux, en  introduisant une prière dans le temps d’hommage, a instauré du religieux dans un temps républicain, ailleurs, un autre a transmis un message dangereux en permettant à des élèves de ne pas se soumettre à la minute de silence par peur de revendications d’élèves radicalisés. M. Huart a noté ces dérives avec intérêt. Une fois ces deux thèmes traités, nous avons abordé des sujets généraux, préparés depuis septembre : nombre d’AESH, inquiétudes sur les effectifs et sur l’emploi, regard sur le hors contrat, dialogue social, travail des CCMA…

Nous avons trouvé, lors de cette audience, une oreille attentive et des promesses de concertation, notamment par une nouvelle invitation aux comités de suivi académiques des reformes des lycées. Nous prenons acte et nous espérons ne pas devoir faire de nouvelles relances pour être reçu.e.s.